Cyberpunk 2077 : gage d’un monde qui change

Action du jeu qui chute, réseaux sociaux qui s’enflamment sur un mensonge gros comme le pif au milieu de la figure. Joueurs et consommateurs mécontents, Cyberpunk 2077, on t’aura pas attendu pour rien toi…

Je l’ai testé car moi aussi je l’attendais avec impatience. Je souhaitais juste partager mon avis sur ce jeu mais aussi sur ce que je ressens plus globalement des tendances du jeu vidéo actuel.

Le retour du roi

Période de Noël oblige, cadeaux à gogo au pied du sapin, c’est un moment idéal pour évoquer le jeu vidéo tant attendu depuis des années : Cyberpunk 2077.
Pour ceux qui suivent un peu l’actualité du jeu vidéo et même les autres, ce jeu a fait beaucoup parler. Non pas par son contenu mais par ses bugs, sa communication mensongère envers les joueurs de console d’ancienne génération etc. Si tu es intéressé par le feuilleton, Google est ton ami.

Ce que j’ai retenu de cette histoire qui prend des dimensions pharaoniques est que le consommateur a réussi à faire retirer le jeu de la vente des stores virtuels des consoles. Le jeu n’était pas à la hauteur, le studio a complètement dupé les joueurs. Soit. Mais qui n’a jamais acheté un avocat superbe qui était pourri à l’intérieur. C’est pareil. Alors ce retrait, ces excuses du studio etc… est ce que c’est une réelle avancée pour le consommateur qui est en droit d’attendre un produit de qualité ? Sûrement. Mais jusqu’où les desideratas du consommateurs doivent-ils être pris en compte ?
Je m’explique : aujourd’hui on retire un jeu buggé et je dois avouer qu’il est d’un niveau déplorable sur console ancienne Gen. De plus en plus, les gamers arrivent à faire repousser les jeux présentés avant leurs sorties car ils ne répondent pas à leurs attentes. Je suis assez partagé. Qui n’a pas tiqué en voyant la tête du perso de Sonic lors de la présentation du film. Oui, ça a fait le badbuzz et oui il a changé de trogne et on ne s’en plaint pas. Mais jusqu’où les droits du consommateurs s’arrêteront t-ils ?

Des bugs, des bugs et la carotte

Particulièrement bugué, avec de nombreux problèmes de rendus, de textures… Une optimisation qui laisse à désirer si on peut même employer le terme d’optimisation. Bref, on frôle la cata ? Mouais… Pour les joueurs PC uniquement, franchement, je ne vois pas trop le problème. Je n’ai pas eu de crash majeur (même pas du tout) et depuis tout petit, j’en ai vu des trucs bizarres dans le jeu ( mon dieu, si c’était seulement dans le jeu vidéo…).
Ma progression dans le jeu n’a pas été mise à mal. Alors grâce à l’avènement d’internet et des réseaux sociaux, peut être que la voix du peuple est mieux entendue et les critiques aussi. Mais franchement toute cette histoire, c’est vraiment grave docteur ?

Immersif malgré tout

Inside Night city

Je ne dirais pas que c’est un très bon jeu parce que les quelques désagréments évoqués précédemment gênent forcément la fluidité du jeu et les scènes de dialogue. Malgré tout, il faut admettre que le scénario est excellemment bien ficelé, l’univers prenant. Alors oui, on parle d’un jeu vidéo et pas d’un film mais je ne pense pas avoir perdu mon temps et c’est bien là l’essentiel. Au global l’expérience de jeu est acceptable et l’histoire et les personnages sont attachants et nous font oublier les verres de sky qui flottent à côté de la main (même dans la vraie vie ce serait dommage…).

Pas très long, il faut compter entre 20 et 25 heures avec quelques quêtes annexes et si on les effectue toutes (ce qui n’est pas encore mon cas) je pense aisément atteindre les 40-45 heures de jeu. Les quêtes secondaires nous font réellement apprécier la travail du studio et même si certaines sont clairement inutiles, on se prend au jeu et on prend le temps de découvrir les personnages. Et puis y’a quand même Keanu Reeves en guest star car pas rien, c’est quand même le John Wick national… Alors ne rate pas le « bus » en marche…
Pour moi, c’est un incontournable. Alors, attendre qu’il soit patché et que les mises à jour le remettent à un meilleur niveau d’expérience, oui, mais ne passez pas à côté du jeu à cause de toutes les critiques car le récit en vaut la peine. C’est mon avis.

Mon univers impitoyaaaaable…

Pour terminer sur une note un peu plus globale, j’ai juste envie de dire qu’avant c’était mieux. J’ai la nostalgie de mes premiers jeux vidéo, bien plus hard qu’aujourd’hui (j’ai pas dit qu’il n’y en avait plus) Désormais le joueur et le business font place à une armée de gamers qui n’ont plus le temps de perdre, d’échouer et de réessayer encore et encore. Oui, j’ose le dire car je fais partie de ceux-là. Moi aussi je n’ai plus le temps de perdre et moins l’envie d’échouer. C’est à cause de cette demande du consommateur dont je fais partie que le jeu évolue de cette manière. On nous donne ce qu’on réclame. Mais à force d’abuser des bonbons, on sait ce qui arrive…Parce qu’aujourd’hui, la notion de plaisir dans le jeu vidéo n’est finalement plus liée aux efforts consentis vers la réussite mais à la réussite elle-même. Et c’est bien dommage car nous le payons déjà tous dans nos vies IRL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *