Joie d’une journée en train de banlieue

nawachMon train train quotidien1 Comment

Vendredi, 6h45, réveil en furie, la gueule en vrac des 5h de sommeil d’une nuit somme toute assez banale. Premier réflexe : je mate mon smartphone. Non non, je n’attends pas de message, je regarde juste s’il y a un train.

Eh oui, welcome dans ma vie d’obsédé du train de banlieue 😱… Même quand je regarde la météo c’est pour savoir si je vais “attraper” un train et non comment je vais m’habiller. Franchement, au point où on en est, je préfère avoir mon train et être habillé comme une merde plutôt que le louper et attendre comme un con dans le froid (encore que les vêtements en adéquation auraient pu être utiles…)
En fait je dois pas être le seul, il y a même des femmes qui prennent le risque de se crever l’œil en se maquillant dans le train. Heureusement qu’il n’y a pas autant de risques que de trains qui arrivent en retard…

L’heure c’est l’heure, après l’heure c’est plus l’heure…

Sapé, lavé, tout beau, tout propre (au moins propre…) j’me rends à la gare. Surprise : train supprimé. Mais mais mais… 😟 sur l’application… il était bien prévu…
Ah oui, mais il s’en passe des choses en 10 minutes : oui oui on peut même faire des œufs durs c’est dire…
Prochain train dans 10mn (si tout va bien 🤞). Quelques minutes finalement c’est pas grand chose tu me diras ? Mais cumulées aux portes de train bloquées à chaque station, ralentissements du trafic, ça fait beaucoup.
Premier réflexe, comme un instinct de survie : trouver une place libre pour être assis. Pour ça je suis chanceux 🤞 je pars du terminus (on est loin, certes, mais on est assis, on peut pas tout avoir dans la vie OK ?!)

C’est ma place !

Oui, parce que le comble quand on a un train c’est aussi de ne pas avoir de place. Bah quoi, t’as été assis pendant 7h au bureau et tu veux encore t’asseoir dans le train? Mais bien sûr… Bon, être debout encore quand on a son espace vital, ça va, mais quand on nous prend pour des sardines c’est moyen. Encore plus quand la transpi s’invite dans les débats… Tu voulais faire du sport ? Tu es servi et les senteurs matinales en prime, histoire de vomir ton petit dèj…

Après une semaine chargée et le week end qui approche, vendredi soir, c’est l’heure de rentrer tôt chez toi. On part plus tôt, repos du week end en perspective et évidemment je te laisse deviner… NO TRAIN. On termine une heure plus tôt et on arrive chez soi à la même heure que d’habitude : NORMAL.
C’est pas grave, il suffit de patienter sur le quai.
Enfin arrivé, évitons de penser au lundi suivant. Des histoires de train, il y en aura d’autres c’est certain.

Allez, souris à la vie 🙂
PS : Chuuut à toi qui prend ta titine car il y a aussi les bouchons 😉

Share this Post

Un commentaire sur “Joie d’une journée en train de banlieue”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *